Le Coq aux champs - Coup de coeur qui dure !


Il y a quelques semaines, j'étais de retour au Coq aux champs et, pour la toute première fois, j'y emmenais mon amoureux ! Les raisons pour lesquelles j'aime ce restaurant ?

Point de vue du lieu...

  • C'est l'un des étoilés les plus proches de chez moi (15min top chrono, il y a pire... :) )

  • La cuisine ouverte visible de presque toutes les tables,

  • Une ambiance feutrée mais chaleureuse

Point de vue cuisine...

  • De beaux et bons produits et un chef qui se démène pour trouver le meilleur

  • Une cuisine qui se réinvente à chaque nouveau menu au fil des saisons

  • Une réelle identité dans l'assiette avec un chef qui ose allier cuisine classique et contemporaine

  • Le mariage de l'esthétisme et de la générosité

Point de vue service et ambiance...

  • Une ambiance douce et propice aux échanges sans être entendu

  • Un service attentionné mais pas "chichiteux" où l'on ressent le sens du détail

  • Des patrons hyper accessibles et sympathiques qui prendront plaisir de partager avec vous à la fin du repas

Bon... Après ces "belles paroles", et si on entrait dans le vif du sujet ?

Maaaaanger !

Au menu ce soir-là ?

- Menu de saison en 5 services | 85€ -

Nous avons commencé par des très prometteuses mises-en-bouche

Au menu, notre première entrée était composée d’huîtres.

Je dois vous avouer que j'ai encore un peu de mal avec les huîtres froides. Je l'ai donc mentionné et directement le chef s'est adapté.

A la place des huîtres, de la langoustine !

Langoustines - Pomme de terre de Noiremoutier - Caviar Oscietre - Algues vertes.

Cette assiette fait d'ailleurs partie de mes coups de cœur du repas tant son équilibre était impressionnant.

Autant dans les textures que les saveurs ou même l'esthétique de l'assiette, tout était dosé afin de faire en sorte que chaque produit puisse exister sans prendre le pas sur les autres. Harmonie, c'est le mot !

Pour suivre, la collection potagère du chef, cette fois, des asperges.

La plupart du temps, Christophe Pauly se fournit très localement mais quand il a la chance de pouvoir se procurer des pépites pas trop loin, il n'hésite pas. Ici, place à l'asperge de Roques-Hautes par Sylvain Erhardt. On est très sincèrement dans un produit qui se suffit à lui-même. Des asperges d'exception issues du parc naturel des Alpilles et que je vous conseille de goûter au moins une fois dans votre vie.

Pour une fois, je vous laisse vous contenter des photos, sans autre descriptif, afin, je l'espère... vous donnez l'envie de découvrir aussi.

On passe ensuite au poisson de la Mer du Nord !

Pour être honnête, cela fait la seconde fois que je me rends au Coq aux Champs et que.. je perds mes notes.

La première fois, je ne retrouvais plus mon calepin fétiche (je ne l'ai toujours pas retrouvé d'ailleurs) et cette fois, c'est mon très sympathique smartphone qui a décidé de se suicider du jour au lendemain. Ô joie !

J'en étais où dans mes explications ? Ahhh oui ! Tout ça pour vous dire que malgré un brainstorming de dingue où j'étais à la limite de secouer mon homme pour lui faire revenir la mémoire, impossible de vous dire avec certitude de quel poisson il s'agissait.

Ceci étant, une fois encore, nous étions dans une très belle réalisation du chef. La finesse des morilles, la richesse du Comté, l'iode des coques et puissance du vin jaune pour accompagner un poisson à la cuisson irréprochable. UPDATE : Il s'agirait bien de sole ! :)

Pour terminer avec le salé, on retrouve l'agneau d'Aveyron.

Agneau Aveyron - Panisses Aioli – Farci de piquillos et aigre-doux d’aubergine – Jus perlé

Une fois encore, un produit d'une qualité significative et à la cuisson idéale. Cette fois l'assiette était visuellement moins à mon gout mais cela était largement compensé par le jus perlé qui accompagnait divinement bien cette viande.

Comme toujours, le repas au Coq aux Champs se termine par une trilogie.

Cuisine sucrée en trois services : pomme – Oseille – Yaourt – Meringue aux herbes ; Chocolat – Caramel – fleur de sel ; Bonbon violette

Parmi ces trois assiettes, deux sont de grands classiques de Christophe Pauly : Le pomme-oseille et le bonbon violette que je ne me lasse jamais de goûter à nouveau.

En trois assiettes, je goûte à tout ce que j'aime concernant les desserts : le caractère hyper gourmand du chocolat, la fraîcheur de l'oseille et le retour en enfance offert par le bonbon violette.

- Un repas sans fausse note qui donne juste une envie... Y retourner ! -

Le Coq aux Champs, c'est aussi...

Un menu 3 services à 40€ en semaine ! Oui, oui, même en soirée !

De quoi permettre à davantage de personnes de découvrir la cuisine du chef.

Parce que cuisine étoilée n'est pas synonyme de ruine :)

Dress code (nouveau sur le blog!)

Pas besoin de sortir l'attirail du défilé de mode ou la robe de soirée.

Je dirais que le style idéal pour ce type de restaurant est "Casual chic".

En ce qui me concerne, mon dress code habituel pour Le Coq au Champs c'est soit , pantalon habillé, talons et top ample soit Jeans, blazer, talons et top habillé.

- Ceci est bien sûr un conseil de gourmande qui vit au resto et qui aime se sentir bien dans ses fringues, pas d'une blogueuse mode :)

Article écrit dans le cadre d'une invitation presse ce qui ne l'empêche pas d'être honnête et totalement transparent.

Infos

Le Coq aux Champs

Rue du montys, 71

4557 Soheit-Tinlot​

Site internet

Tel. 085 / 51 20 14

E-mail

#resto #étoilé